Dépression

Qu’est-ce que c’est?

La dépression majeure est une maladie mentale qui se caractérise par une perte de plaisir et une humeur triste soutenue pendant plusieurs semaines.  De plus, la personne souffrira de problèmes de sommeil, de changement au niveau de son appétit, de perte de concentration, d’énergie, d’intérêt ou de motivation. Les pensées sont négatives avec une pauvre estime de soi, une culpabilité démesurée, une tendance à voir tout en noir, un pessimisme et un manque d’espoir pour l’avenir.  Ceci mène parfois  à des idées suicidaires.

La dépression majeure peut être saisonnière, c’est-à-dire, qu’elle peut être récurrente d’année en année à l’automne et se résorber au printemps.   Dans ce cas, la tristesse et la fatigue s’accompagnent généralement d’un grand besoin de sommeil et d’un appétit augmenté, semblable à un ours qui hiberne pour l’hiver.  La personne bougera et pensera au ralenti.

La dysthymie est une sorte de dépression chronique qui est d’intensité moindre que la dépression majeure.   En effet la personne aura une humeur maussade pendant au moins deux ans mais les autres symptômes seront moins intenses faisant en sorte que la personne pourra généralement fonctionner, même si malheureuse.

Ce n’est pas :

  • Une tristesse normale en réaction a un événement négatif comme une rupture amoureuse
  • Une réaction de deuil
  • Une paresse ou un défaut moral

Les traitements?

La dépression peut être traitée par la psychothérapie et/ou la médication antidépressive.  Avec ces traitements, on arrive à guérir 70-80% des dépressions.

La psychothérapie peut aider à changer la façon de penser de manière à réduire les pensées négatives.  Elle peut aider la personne à se structurer et graduellement reprendre les activités délaissées.  Elle peut aider à identifier des facteurs de stress et cerner la signification que l’individu donne aux évènements de la vie.

Il existe aussi des techniques de neuromodulation pour traiter les dépressions qui ne répondent pas à la psychothérapie ou aux médicaments.   La sismothérapie, la stimulation magnétique transcrânienne et la stimulation du nerf vague sont offertes dans divers centres hospitaliers au Québec.

Que puis-je faire?

  • Bien manger et m’assurer un nombre d’heures de sommeil suffisant. La fatigue n’aide pas le rétablissement.
  • Sortir dehors tous les jours et s’exposer à la lumière naturelle.
  • Maintenir une routine. S’habiller, sortir, s’activer.  L’oisiveté aggrave la dépression.
  • Éviter de s’isoler : Choisir quelques personnes proches à qui on peut se confier qu’on ne se sent pas bien et solliciter leur compagnie pour parler de ses tracas ou au contraire pour s’en distraire. Lorsque déprimé, on a tendance à s’isoler mais cela ne fait que laisser libre cours aux pensées négatives.
  • Faire de l’exercice cardio-vasculaire au moins trois fois, 30 minutes par semaine. Ceci permet de changer la chimie du cerveau pour qu’il secrète des substances qui donnent un sentiment de bien-être.
  • Éviter l’alcool qui est un dépresseur du cerveau.
  • Prendre conscience et développer une gratitude pour ce qui va bien.
  • Réduire temporairement les attentes envers soi-même. Lorsque déprimé, on accomplit moins.  C’est passager, donc, il faut être indulgent envers soi-même.
  • Consulter votre médecin ou vous adresser au guichet d’accès en santé mentale de votre région.

Les ressources :

Avant de craquer – Une initiative de la FFAPAMM


Communiqués de presse – 24 janvier 2017

Dépression et maladie mentale : rappel de l’Association des médecins psychiatres du Québec
Savoir reconnaître les symptômes pour venir en aide à ceux qui en ont besoin

Depression and mental illness: reminder from the Association des médecins psychiatres du Québec
Recognising symptoms so as to provide help for those who need it