Les services de psychiatrie

Le guichet d’accès en santé mentale (GASM)

Le guichet d’accès est la porte d’entrée aux services de psychiatrie et de santé mentale. Le personnel reçoit, évalue et dirige les demandes d’aide vers la ressource la plus appropriée, soit en première, deuxième ou troisième ligne. Il peut aussi débuter l’évaluation, les soins et le traitement autogéré.

Le Module Évaluation Liaison (MEL)

En étroite collaboration avec le GASM, le MEL est le service d’évaluation fait par des psychiatres. Selon la région, le MEL est situé soit au CLSC ou à l’hôpital. Lors d’une rencontre au MEL, le psychiatre posera un diagnostic et proposera un traitement. Dans plusieurs cas, il rédigera une série de recommandations qu’il fera suivre au médecin de famille qui pourra ensuite assurer le suivi. Dans d’autres cas, le psychiatre du MEL suivra le patient quelques mois afin de le stabiliser avant de le retourner à son médecin de famille. Pour les cas plus complexes, il dirigera le patient vers la psychiatrie de deuxième ligne : soit dans une clinique plus spécialisée ou un hôpital.

La psychiatrie en milieu hospitalier

Lorsque le traitement avec des visites externes n’est pas suffisant compte tenu de la sévérité de la maladie mentale, ou lorsque la personne est à risque de se faire du mal, on peut recourir à une hospitalisation en psychiatrie. La majorité des hospitalisations seront courtes, soit quelques jours, mais il arrive qu’une hospitalisation de quelques semaines soit nécessaire. Aussitôt que la personne sera assez rétablie pour reprendre son traitement en externe, elle obtiendra son congé de l’hôpital.

Les services ambulatoires en psychiatrie peuvent être de psychiatrie générale ou par programme clientèle. Ainsi, il y aura des cliniques où l’on traitera des troubles de l’humeur, des troubles psychotiques, des troubles anxieux, des troubles de la personnalité, des troubles de comportement. Le suivi pourra comporter des visites individuelles avec le psychiatre et avec d’autres intervenants de l’équipe (infirmière, travailleuse sociale, ergothérapeute, psychologue) ainsi que des traitements de groupe.

La psychiatrie communautaire

Certains organismes communautaires travaillent en collaboration avec des psychiatres afin de mieux servir leur clientèle. Ainsi, par exemple, on retrouvera des psychiatres au sein de certains groupes de médecine familiale, services de santé pour les étudiants, organismes d’aide aux immigrants et organismes qui viennent en aide aux itinérants. De plus, le Suivi Intensif en Milieu (SIM) est une pratique qui se répand à travers la province. Il s’agit d’un suivi pour les patients les plus fragiles où l’équipe psychiatrique se déplacera vers le milieu de vie du patient pour lui donner les soins requis.

L’urgence psychiatrique

Plusieurs hôpitaux offrent un service d’urgence psychiatrique. C’est l’endroit où l’on stabilisera un patient est en crise aigüe, qu’il s’agisse d’un épisode de psychose avec un comportement désorganisé ou agressif ou encore une crise suicidaire. Des patients pourront y séjourner de quelques heures à quelques jours. L’accent est mis sur l’évaluation du danger immédiat et sur l’élaboration d’un plan de soins. La plupart du temps, une fois stabilisé, le patient sera orienté vers des ressources en externe. Il pourra arriver qu’une hospitalisation sur le département interne de psychiatrie soit nécessaire.

Les services non assurés par la RAMQ

AVIS AUX FAMILLES DES PATIENTS ÉVALUÉS PAR UN PSYCHIATRE

La RÉGIE DE L’ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC exige que toutes les personnes admissibles présentent leurs cartes d’assurance maladie lorsqu’elles reçoivent des services (dont certains sont de type familial).

Par conséquent, si vous voulez rencontrer le psychiatre d’un membre de votre famille, il est probable que vous devrez présenter votre carte d’assurance maladie valide.

Liste des tarifs des services non assurés tels qu’approuvés par l’Association des médecins psychiatres du Québec