Troubles bipolaires

Qu’est-ce que c’est?

Le trouble bipolaire est communément appelé la maniaco-dépression.  Il s’agit d’une maladie où il y a alternance d’épisodes de dépression majeure (voir la page sur dépression- cliquer ici) et d’épisodes de manie.

Une manie est en quelque sorte l’inverse de la dépression : l’humeur est  heureuse, l’énergie est débordante, les besoins de sommeil minimaux. Les pensées sont rapides, l’estime de soi grandiose. La personne parle vite et entreprend toutes sortes de projets.  Elle peut être impulsive et irritable.  Ces épisodes durent au moins une semaine et souvent jusqu’à quelques mois.   Lors d’une manie sévère, la personne peut perdre contact avec la réalité, se croyant avoir des pouvoirs magiques ou une mission spéciale.  Le danger de la manie est que le jugement est atteint et la personne peut prendre des décisions qu’elle regrettera plus tard (comme par exemple, quitter son conjoint ou son emploi, faire des achats hors de ses moyens).  La manie est habituellement suivie d’un épisode de dépression.

La cyclothymie est une version atténuée de la maladie bipolaire.  La déprime n’atteindra pas l’intensité d’une dépression majeure et les épisodes d’humeur exaltée n’atteindront pas la sévérité d’une manie.   La personne pourra généralement fonctionner, même si son humeur change de mois en mois.

Ce n’est pas :

  • Une réactivité intense de l’humeur en réaction a des évènements de la vie courante
  • Une instabilité de l’humeur d’heure en heure
  • Une exaltation suite à un coup de foudre ou une nouvelle relation amoureuse

Les traitements?

La maladie bipolaire est généralement  traitée par des médicaments qu’on nomme stabilisateurs de l’humeur (tels le lithium, l’acide valproique, la carbamazépine, le lamotrigine), des neuroleptiques atypiques (tels la quetiapine ou l’olanzapine), des benzodiazépines ou autres médicaments.  Le psychiatre est le professionnel le mieux placé pour choisir avec la personne la combinaison de médicaments optimale pour une phase de la maladie donnée.

La psychothérapie et la psychoéducation sont également utiles afin d’aider la personne à anticiper, prévenir et adresser les symptômes de la maladie.

Que puis-je faire?

Pour la manie :

  • Bien dormir. Un épisode de manie s’enclenche presque toujours par une période de plusieurs jours de manque de sommeil.
  • Réduire les stress et les stimuli. Se retirer dans un endroit calme.
  • Éviter de prendre des grandes décisions sans en parler avec les gens de votre entourage qui vous connaissent bien.
  • Consulter votre médecin ou vous adresser au guichet d’accès en santé mentale de votre région.

Pour la dépression :

Voir la page sur la dépression 

Les ressources :

Avant de craquer – Une initiative de la FFAPAMM